6 – D’autres mondes

Imagines toi une ville aux allures post apocalyptique, construite de superbes bâtiments coloniaux ,vieillis par les sciècles et l'absence d'entretien, les racines des arbres centenaires tentants se frayer un chemin à travers le bitume, la nature forçant pour reprendre ses droits. Tu y es ? Maintenant, ajoutes à ce décors plus de monde que tu n'en a jamais vu dans ta vie. Encore un peu. Voilà, bienvenue à Mumbai. C'est ici, dans cette ville où tout est à son maximum, que nous atterrissons en Inde.

  Il va être bien évidemment impossible de te faire comprendre à quel point ce pays est mythique et mystique, tout autant que de te partager l'exhaustivité de notre expérience. L'Inde ne se raconte pas, elle se vit. Et quand bien même je te donnais chaque détail, ce que ce pays t'offre est si personnel et introspectif que tu ne t'y retrouverais pas. Elle te prend, te fout par terre, deux claques, "oublie tes repères et démerde toi avec ça", ok, c'est parti.

  Trois mois maintenant que nous sommes partis. Un peu de repos nous fera du bien. On décide d'aller passer 10 jours sur la côte ouest de l'Inde, dans la région de Goa. C'est un état très spécial, le plus riche, le plus touristique, le plus festif, mais pas n'importe quel genre de fête. Cette région a créé sa propre musique, la Goa trance. Une musique électronique qui te fait littéralement voyager dans ton inconscient. Dur d'y adhérer sur le principe et même en pratique la première fois, mais au fur et à mesure, on s'y fait, on connecte, on comprend. Faire la fête à Goa est une expérience de partage avec des personnes venues de tous horizons, et c'est beau.

  Nous y rencontrons plusieurs personnes qui nous parlent d'Hampi, et plus particulièrement d'un évènement qui s'y déroule, la rainbow gathering. Pourquoi pas ? Tentons l'expérience. La rainbow gathering est un rassemblement annuel de personnes dont les centres d'intérêts principaux sont la paix et l'amour. Oui, tu les as reconnus, je parle bien des hippies. Chaque année, le lieu change et chance pour nous, cette fois c'est en Inde, à juste quelques centaines de kilomètres de nous.



    Une nuit dans le bus et nous voilà dans un lieu totalement illogique. Partout, à perte de vue, des rochers de plusieurs dizains de tonnes reposent en équilibre sur des cailloux de quelques centimètres de diamètre, le tout parsemé de ruines de temples millénaires. Comment ceci est arrivé, comment ce lieu irréel est né ? La réponse des locaux: ce sont les singes qui ont fait ça. L'explication officielle ? Aucune. Une énigme.
Mais revenons à nos montons, ou plutôt, nos hippies, sans comparaison aucune. A l'écart de la ville, le rassemblement a demmarré quelques jours auparavant. Tout de suite en arrivant, l'accueil est inimaginable. Tout le monde nous souhaite bienvenue à la maison, câlins à outrance et sourires sans retenue. Un peu faux tout ça ? Ouais, un peu. Mais du faux qui fait du bien. Du faux qu'on aimerait voir partout. Et ce faux ce transforme en vrai après seulement quelques jours. On comprend qu'en partageant de l'amour, en dégageant du bonheur, ce sont les belles choses qu'on attire.

  Malheureusement nous ne pouvons pas y rester très longtemps, heureusement pour une bonne raison, nos mamans arrivent à Delhi ! Quel bonheur de les récupérer à l'aéroport. Quand on parle d'amour.. Quel amour plus pur et inconditionnel que celui d'une mère pour son enfant, quel que soit son âge. Ça fait du bien.
Trois semaines à sillonner le Rajashtan et le Kerala, avec beaucoup de courage et de résignation pour accepter toute la complexité de ce pays.

  À leur départ, nous nous séparons quelques jours, Romain part vers le sud de l'Inde et Benoit au Sri Lanka avec Andréanne venue lui rendre visite. Un beau moment pour chacun, un peu de vacances loin l'un de l'autre, et des retrouvailles heureuses. Nous prenons la décision, pour de multiples raisons, de partir en retraite de yoga pour un mois. Et quitte à le faire, autant y aller jusqu'au bout et se faire certifier non ?
Nous voilà donc en route pour remonter vers le Népal où la formation aura lieu.

  Première escale à Pushkar, pour le holi festival. Tu as déjà dû voir ces images, de la poudre de couleur partout, des courses à pied (color run) et tout types d'événements en sont dérivés aujourd'hui. C'est beau, mais en réalité, c'est toute une expérience ! La foule est si massive qu'il est impossible de se déplacer où l'on veut. Tu sais quand tu y rentres, mais pas quand tu en sors.
Et mieux vaut y aller torse nu, car le rassemblement d'hommes indiens par milliers finira par t'arraccher ton t-shirt. Une énergie folle, dure à tenir, mais une belle célébration.

Dernier stop, Rishikesh, capitale mondiale du yoga où l'on peut y trouver plus de 400 écoles et centres de formation pour tout type de yoga. C'est la première ville que traverse le gange, ce fleuve sacré pour les hindouistes, c'est donc un des seuls endroits où l'on peut s'y baigner sans que ce ne soit pollué. Ah d'ailleurs, fleuve en hindi se dit ganga.

  Bon il est temps de pédaler vers le pays de naissance du premier Bouddha, Népal, nous voilà !Oh, dernière chose, en Inde, on pense venir découvrir un pays, mais ce que l'on y découvre avant tout, c'est sois-même.